www.forumsmc.com

Forum des supporters du Stade Malherbe Caen
Nous sommes le 26 Nov 2020 01:42

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 947 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 59, 60, 61, 62, 63, 64  Suivante
Auteur Message
Répondre en citant le message  MessagePosté: 30 Oct 2020 15:56 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Aoû 2005 21:06
Messages: 18776
Localisation: En Papabloguie
Tabernacle !

Cliquez ici pour faire apparaître le contenu caché
Montréal est la première ville « française » hors Union européenne : plus de 62 000 Français sont officiellement enregistrés auprès du consulat, mais on estime que la taille réelle de la communauté dans le Grand Montréal avoisine plutôt les 120 000 à 150 000 personnes. L’équivalent de la ville d’Angers, de l’autre côté de l’Atlantique.
Une vie festive renommée, le Mont-Royal au cœur de la ville pour faire des randonnées l’été et du ski l’hiver, une pénurie de travailleurs locaux qui laisse augurer un marché du travail ouvert, une population accueillante, des universités de haut niveau moins dispendieuses qu’aux Etats-Unis et une langue commune : le Québec exerce une telle force d’attraction que près de 4 000 Français viennent tous les ans tenter l’aventure dans la Belle Province sous le statut de la résidence permanente. Auxquels s’ajoutent les étudiants et les détenteurs de permis de travail temporaire.
Dans la métropole québécoise, certains quartiers sont devenus des « petites France » ; sur le Plateau, ex-quartier populaire désormais « boboïsé », on entend plus souvent l’accent parisien et le « français de France » que les expressions 100 % québécoises.
Lire aussi Canada : la communauté française a doublé en quinze ans
Mais depuis le printemps, certains de ces émigrants enthousiastes sont frappés de spleen. La fermeture des frontières, les restrictions de circulation liées à l’irruption du Covid-19 ont radicalement changé l’idée qu’ils se faisaient de leur éloignement volontaire.
Stéphane, arrivé il y a dix-huit mois, se souvient avec nostalgie de son dernier voyage à Paris, un aller-retour de quelques jours en janvier. « Je suis parti de Montréal un dimanche soir avec un seul bagage à main, j’ai passé la douane en express grâce au système Parafe [passage automatisé des frontières] à l’aéroport, le lundi midi, je déjeunais chez mes parents à Reims. » Un périple plus onéreux, à l’empreinte carbone discutable, mais à peine plus long qu’une traversée de l’agglomération parisienne aux heures de pointe, qui laissait accroire que Montréal n’était qu’une station de banlieue un peu éloignée. En cas de coup dur au sein de la famille restée en France, Montréal demeurait à portée de vol.
« Je n’ai pas vu ma fille depuis plus d’un an »
Les liaisons aériennes entre Montréal et Paris ont été maintenues depuis le début de la pandémie, mais l’obligation posée par le gouvernement canadien d’observer une quatorzaine à peine débarqué à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau a drastiquement réduit les velléités de va-et-vient. Les visites en provenance de l’Hexagone se sont également raréfiées.
Irène et Kurt, couple franco-allemand installé au Québec depuis plus de quinze ans, avouent réfléchir pour la première fois à une possible expatriation… dans l’un de leurs pays d’origine. « Nous avons dû renoncer à rentrer cet été, ce sera sans doute la même situation à Noël, le fait que nos enfants ne puissent plus avoir de liens réguliers avec leurs grands-parents nous pèse », expliquent-ils. « On ne s’imagine pas longtemps vivre coupés totalement de nos familles. »
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le Canada cherche à comprendre les causes de « l’hécatombe » provoquée par le Covid-19 à Montréal
Thomas, expatrié depuis trois ans à Montréal par son entreprise française, aurait pu « rempiler » deux années supplémentaires. Mais, là encore, la coupure familiale aggravée par la crise sanitaire l’a amené à renoncer. « Je n’ai pas vu ma fille depuis plus d’un an, ma belle-mère âgée vit seule en Bretagne. Je ne sais pas comment la situation peut évoluer, l’éloignement devient trop risqué. » Il rentrera donc au pays à la fin du printemps, sans cacher que la rigueur de l’hiver québécois n’est pas totalement étrangère à sa décision.
Tous les Français établis à Montréal ne s’apprêtent pas à plier bagage. « Il est trop tôt pour savoir si la crise aura un réel impact sur la présence des Français à Montréal. Mais la pandémie et ses conséquences ont peut-être poussé certaines familles qui y pensaient déjà à accélérer leur retour », estime Sophie Lagoutte, consule de France à Montréal.
« WhatsApp ou Zoom pour seul lien familial »
Pour les Français arrivés récemment, parfois en insécurité administrative car ne disposant pas encore de papiers canadiens ou en insécurité professionnelle parce que leur entreprise a souffert de la crise, le Covid-19 a servi de catalyseur.
« Ceux qui vivaient avec un pied de chaque côté de l’Atlantique se sont retrouvés en situation de déséquilibre, juge Yves Razafindrazaka, gestionnaire de patrimoine en relation avec de nombreux Français de Montréal. Privés de leurs relations sociales à cause du confinement, avec WhatsApp ou Zoom pour seul lien familial et inquiets de l’instabilité aux frontières, pour eux, le mal du pays a été le plus fort. »
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : le Québec confronté aux limites du tourisme local
La pandémie et ses contraintes n’ont pas été vécues de la même façon par les Français ayant construit depuis des années leur vie au Canada, en en ayant souvent acquis la nationalité. Yves Razafindrazaka, Français d’origine malgache lui-même établi à Montréal depuis huit ans, a dû repousser son mariage prévu de longue date cet été à Madagascar, mais il n’a pas pensé une seconde remettre en cause ce qu’il considère comme un projet de vie. « C’est peut-être une déformation de fils d’immigrés, explique-t-il en riant, mais quand tu as tes papiers, que tu as tout recommencé à zéro, repris des études, lancé ta carrière ici, ce n’est pas au moment où tu profites enfin des fondations de ta maison que tu vas tout détruire. »
Benoît, ex-cadre dans l’audiovisuel en France, a fait les mêmes efforts de reconversion professionnelle en arrivant à Montréal, en 2016. « Aujourd’hui, ma femme et moi avons du travail ici, je suis propriétaire de mon appartement et d’un chalet à l’extérieur de la ville. Je vis comme un Québécois, profite de ma famille, et c’est tellement plus satisfaisant que la vie parisienne ! »
Ceux-là ont aussi comparé la gestion française et la gestion québécoise de la crise sanitaire. Et se sont largement félicités de la seconde. Même durement frappée par la crise due au Covid-19 (3 500 décès), la Belle Province reste leur eldorado.

_________________
Make Le Forum great again !


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 30 Oct 2020 16:32 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Aoû 2005 21:06
Messages: 41717
Localisation: La Forêt-Fouesnant, Mecque des navigateurs.
Oh, merci ! C'est trop gentil.


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 30 Oct 2020 16:38 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Aoû 2005 21:06
Messages: 7629
Localisation: Caen -6
Abidbol a écrit:
Désolé, c’est pas de l’orfèvrerie à la Momo. C’est qu’un vulgaire copier coller.


Merci bien. <3

_________________
Malherbe Image - Paris Drakkars - Archives


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 30 Oct 2020 17:36 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Mai 2012 20:42
Messages: 12438
Abidbol a écrit:
Tabernacle !

Cliquez ici pour faire apparaître le contenu caché
Montréal est la première ville « française » hors Union européenne : plus de 62 000 Français sont officiellement enregistrés auprès du consulat, mais on estime que la taille réelle de la communauté dans le Grand Montréal avoisine plutôt les 120 000 à 150 000 personnes. L’équivalent de la ville d’Angers, de l’autre côté de l’Atlantique.
Une vie festive renommée, le Mont-Royal au cœur de la ville pour faire des randonnées l’été et du ski l’hiver, une pénurie de travailleurs locaux qui laisse augurer un marché du travail ouvert, une population accueillante, des universités de haut niveau moins dispendieuses qu’aux Etats-Unis et une langue commune : le Québec exerce une telle force d’attraction que près de 4 000 Français viennent tous les ans tenter l’aventure dans la Belle Province sous le statut de la résidence permanente. Auxquels s’ajoutent les étudiants et les détenteurs de permis de travail temporaire.
Dans la métropole québécoise, certains quartiers sont devenus des « petites France » ; sur le Plateau, ex-quartier populaire désormais « boboïsé », on entend plus souvent l’accent parisien et le « français de France » que les expressions 100 % québécoises.
Lire aussi Canada : la communauté française a doublé en quinze ans
Mais depuis le printemps, certains de ces émigrants enthousiastes sont frappés de spleen. La fermeture des frontières, les restrictions de circulation liées à l’irruption du Covid-19 ont radicalement changé l’idée qu’ils se faisaient de leur éloignement volontaire.
Stéphane, arrivé il y a dix-huit mois, se souvient avec nostalgie de son dernier voyage à Paris, un aller-retour de quelques jours en janvier. « Je suis parti de Montréal un dimanche soir avec un seul bagage à main, j’ai passé la douane en express grâce au système Parafe [passage automatisé des frontières] à l’aéroport, le lundi midi, je déjeunais chez mes parents à Reims. » Un périple plus onéreux, à l’empreinte carbone discutable, mais à peine plus long qu’une traversée de l’agglomération parisienne aux heures de pointe, qui laissait accroire que Montréal n’était qu’une station de banlieue un peu éloignée. En cas de coup dur au sein de la famille restée en France, Montréal demeurait à portée de vol.
« Je n’ai pas vu ma fille depuis plus d’un an »
Les liaisons aériennes entre Montréal et Paris ont été maintenues depuis le début de la pandémie, mais l’obligation posée par le gouvernement canadien d’observer une quatorzaine à peine débarqué à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau a drastiquement réduit les velléités de va-et-vient. Les visites en provenance de l’Hexagone se sont également raréfiées.
Irène et Kurt, couple franco-allemand installé au Québec depuis plus de quinze ans, avouent réfléchir pour la première fois à une possible expatriation… dans l’un de leurs pays d’origine. « Nous avons dû renoncer à rentrer cet été, ce sera sans doute la même situation à Noël, le fait que nos enfants ne puissent plus avoir de liens réguliers avec leurs grands-parents nous pèse », expliquent-ils. « On ne s’imagine pas longtemps vivre coupés totalement de nos familles. »
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le Canada cherche à comprendre les causes de « l’hécatombe » provoquée par le Covid-19 à Montréal
Thomas, expatrié depuis trois ans à Montréal par son entreprise française, aurait pu « rempiler » deux années supplémentaires. Mais, là encore, la coupure familiale aggravée par la crise sanitaire l’a amené à renoncer. « Je n’ai pas vu ma fille depuis plus d’un an, ma belle-mère âgée vit seule en Bretagne. Je ne sais pas comment la situation peut évoluer, l’éloignement devient trop risqué. » Il rentrera donc au pays à la fin du printemps, sans cacher que la rigueur de l’hiver québécois n’est pas totalement étrangère à sa décision.
Tous les Français établis à Montréal ne s’apprêtent pas à plier bagage. « Il est trop tôt pour savoir si la crise aura un réel impact sur la présence des Français à Montréal. Mais la pandémie et ses conséquences ont peut-être poussé certaines familles qui y pensaient déjà à accélérer leur retour », estime Sophie Lagoutte, consule de France à Montréal.
« WhatsApp ou Zoom pour seul lien familial »
Pour les Français arrivés récemment, parfois en insécurité administrative car ne disposant pas encore de papiers canadiens ou en insécurité professionnelle parce que leur entreprise a souffert de la crise, le Covid-19 a servi de catalyseur.
« Ceux qui vivaient avec un pied de chaque côté de l’Atlantique se sont retrouvés en situation de déséquilibre, juge Yves Razafindrazaka, gestionnaire de patrimoine en relation avec de nombreux Français de Montréal. Privés de leurs relations sociales à cause du confinement, avec WhatsApp ou Zoom pour seul lien familial et inquiets de l’instabilité aux frontières, pour eux, le mal du pays a été le plus fort. »
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : le Québec confronté aux limites du tourisme local
La pandémie et ses contraintes n’ont pas été vécues de la même façon par les Français ayant construit depuis des années leur vie au Canada, en en ayant souvent acquis la nationalité. Yves Razafindrazaka, Français d’origine malgache lui-même établi à Montréal depuis huit ans, a dû repousser son mariage prévu de longue date cet été à Madagascar, mais il n’a pas pensé une seconde remettre en cause ce qu’il considère comme un projet de vie. « C’est peut-être une déformation de fils d’immigrés, explique-t-il en riant, mais quand tu as tes papiers, que tu as tout recommencé à zéro, repris des études, lancé ta carrière ici, ce n’est pas au moment où tu profites enfin des fondations de ta maison que tu vas tout détruire. »
Benoît, ex-cadre dans l’audiovisuel en France, a fait les mêmes efforts de reconversion professionnelle en arrivant à Montréal, en 2016. « Aujourd’hui, ma femme et moi avons du travail ici, je suis propriétaire de mon appartement et d’un chalet à l’extérieur de la ville. Je vis comme un Québécois, profite de ma famille, et c’est tellement plus satisfaisant que la vie parisienne ! »
Ceux-là ont aussi comparé la gestion française et la gestion québécoise de la crise sanitaire. Et se sont largement félicités de la seconde. Même durement frappée par la crise due au Covid-19 (3 500 décès), la Belle Province reste leur eldorado.


Ah ah, la " spécial expatrié " à la française en fin d'article
Je critique la France qui m 'a nourrie et formée ( souvent gratuitement )
Déjà lu et vu mille fois dans des reportages


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 30 Oct 2020 23:10 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Aoû 2005 21:06
Messages: 7629
Localisation: Caen -6
18cher a écrit:
Ah ah, la " spécial expatrié " à la française en fin d'article
Je critique la France qui m 'a nourrie et formée ( souvent gratuitement )
Déjà lu et vu mille fois dans des reportages


Quelle partie au juste ? Le "Je profite de ma famille, et c’est tellement plus satisfaisant que la vie parisienne !" ? Car pour le coup, ça je l'expérimente depuis deux ans. Mais je pense que c'est d'avantage une réalité parisienne que française.

_________________
Malherbe Image - Paris Drakkars - Archives


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 31 Oct 2020 08:59 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Aoû 2005 21:06
Messages: 27204
Localisation: Dans les parages
Abidbol a écrit:
Tabernacle


On écrit "tabarnak" espèce de touriste. Encore un qui dit "c'est fun" au lieu de "c'est le fun".

_________________
♦ Double vainqueur du Challenge EPO, anabolisants, créatine en 2009 et 2014 ♦
♫ Pour qu'à chaque instant, ce soit toi le gagnant ♫


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 31 Oct 2020 09:04 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Aoû 2005 21:06
Messages: 41717
Localisation: La Forêt-Fouesnant, Mecque des navigateurs.
On a eu du fun.


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 03 Nov 2020 18:31 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Aoû 2005 21:06
Messages: 41717
Localisation: La Forêt-Fouesnant, Mecque des navigateurs.
Pour Guigui, le dernier article de Florent écrit en collaboration avec une collègue.
Après l’horreur des attentats, le spectre de la riposte identitaire
Lundi 2 novembre 2020
Florent LE DU
Lola Ruscio
À la suite de l’attaque terroriste de Nice, certains groupuscules d’extrême droite se font de plus en plus menaçants, à l’image de l’attaque perpétrée par un membre de Génération identitaire à Avignon, jeudi. Dans ce climat délétère, certains responsables politiques de droite poussent encore un peu plus loin leur surenchère sécuritaire et appellent à sortir de l’État de droit.

Cela n’aura duré que quelques heures, mais l’événement témoigne d’un climat ô combien délétère. "À compter de ce jour, toute personne voilée ne sera pas autorisée à rentrer dans le magasin", ont pu lire les clients d’une supérette du centre ville de Nîmes, jeudi dernier. Rapidement, l’enseigne Casino a fait savoir qu’elle condamnait ces agissements « avec la plus grande fermeté » et a « fait le nécessaire pour tout faire retirer ». Dans la foulée, des mosquées ont également été dégradées. Des graffitis insultants et des croix chrétiennes ont été découverts dans une salle de prière de la communauté musulmane à Donzère (Drôme), vendredi matin. Quatre mosquées de l’agglomération de Rouen (Seine-Maritime) ont, en outre, reçu, jeudi et vendredi, une lettre de menaces. Au moins deux d’entre elles (la mosquée de Canteleu et celle de Grand-Couronne) ont déposé plainte, a appris l’AFP samedi de source policière.

« Mosquée de tueurs de profs » ; « Justice pour Samuel Paty » ; « Je suis Charlie »… Ces mots ont été inscrits sur la clôture de la grande mosquée de Pantin (Seine-Saint-Denis), dans la nuit du vendredi 30 au samedi 31 octobre, qui fait l'objet d'une fermeture administrative du fait des liens avec l'islamisme radical de l'un de ses imams. Un homme et une femme, âgés de 21 ans, ont été arrêtés, vers 4 heures du matin, par la police avant d’être placés en garde à vue. Ils vont comparaître le 5 mars 2021 devant la justice pour « dégradation d’un lieu de culte et provocation à la haine en raison d’une religion », selon le parquet de Bobigny. Les manifestations d'hostilité à l’égard des lieux de culte musulman et des personnes perçues comme arabes ce sont ainsi multipliées.

Des appels à la haine, voire à la vengeance
Quelques heures après l’attentat de Nice, qui a causé trois morts jeudi 29 octobre, un homme a menacé d’une arme de poing un commerçant maghrébin, à Avignon, avant de se présenter devant la police, qui l’a abattu. Il portait une veste siglée du logo « Defend Europe » du groupuscule d’extrême droite Génération identitaire, dont il s’est revendiqué. Mais son profil complexe est aussi marqué par des problèmes psychiatriques.

Depuis cette attaque les appels à la haine, voire à la vengeance, se multiplient. Jeudi 29 octobre, plusieurs groupuscules d’extrême droite ont organisé des « manifestations d’hommage aux victimes », comme Génération identitaire. Notamment à Lyon, au cri d’« On est chez nous » ou « Non à l’islamisation de la France », et à Nice, où l’on a pu entendre des chants antimusulmans comme « Islam, hors d’Europe ». À Paris, le groupe Action française (royalistes d’extrême droite) a déroulé une banderole sur laquelle était inscrite : « Décapitons la République », place de la Concorde.
Lire aussi : Attentat. La France à nouveau frappée par le terrorisme islamiste

Sur Twitter, ils disent se battre « contre cette République corrompue et complaisante avec nos ennemis », et lancent un appel : « Si toi aussi tu refuses de mourir sans te battre, rejoins-nous ! » Quelques jours plus tôt, Thaïs d’Escufon, porte-parole de Génération identitaire, appelait sur les réseaux sociaux à passer à l’action et à la « reconquête ».
Des discours dangereux pour la République et l’État de droit
Le risque de représailles de l’extrême droite sur les Français de confession musulmane se fait plus menaçant. Il s’inscrit aussi dans un climat général délétère, où les appels à ne pas stigmatiser, à ne pas créer d’amalgame entre une religion et une idéologie mortifère sont de moins en moins audibles, y compris dans le monde politique. Les discours s’y sont radicalisés depuis deux semaines. Il ne s’agit pas là de dresser un parallèle entre les menaces des groupuscules d’extrême droite et les propos des responsables politiques, ni que ceux-ci encouragent sciemment la vengeance armée, mais de dénoncer des discours dangereux pour la République et l’État de droit.

Confondant à dessein immigration et terrorisme, la cheffe du parti frontiste, Marine Le Pen, a hurlé que si l’on n’arrête pas « l’immigration massive, inconsidérée, anarchique, dans notre pays, alors nous ne réglerons pas un problème qui tue des Français sur notre territoire ». Même son de cloche chez le député « Les Républicains » (LR) des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, qui a demandé au chef de l’État « un moratoire pour les procédures d’asile et pour l’octroi de visas en provenance de ces pays qui nous menacent », ainsi que la création d’un « Guantanamo à la française », du nom de ce camp de détention américain sur le sol cubain, ouvert après le 11 septembre 2001. « On voit bien qu’aujourd’hui on ne peut pas aborder ces sujets sans poser celui de l’immigration », a ajouté Christian Jacob, le président du parti LR, vendredi dernier sur RTL.

Le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, a appelé à « combattre sans relâche la barbarie », mais aussi à prendre garde à la suite des événements : « Soyons lucides sur la gravité de la situation sans tomber dans la surenchère guerrière. Ils sont nombreux à vouloir nous entraîner dans une nouvelle guerre des religions. Ne cédons pas ! »


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 03 Nov 2020 21:38 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Aoû 2005 21:06
Messages: 27204
Localisation: Dans les parages
Merci !

_________________
♦ Double vainqueur du Challenge EPO, anabolisants, créatine en 2009 et 2014 ♦
♫ Pour qu'à chaque instant, ce soit toi le gagnant ♫


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 04 Nov 2020 20:22 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Mai 2012 20:42
Messages: 12438
Hastings a écrit:
18cher a écrit:
Ah ah, la " spécial expatrié " à la française en fin d'article
Je critique la France qui m 'a nourrie et formée ( souvent gratuitement )
Déjà lu et vu mille fois dans des reportages


Quelle partie au juste ? Le "Je profite de ma famille, et c’est tellement plus satisfaisant que la vie parisienne !" ? Car pour le coup, ça je l'expérimente depuis deux ans. Mais je pense que c'est d'avantage une réalité parisienne que française.


Non mais c'est un grand classique de ce genre de reportage " je dénigre la France qui m 'a pas donnée ma chance et bon, ceux restent au pays, les pauvres ... "
Cette orientation journalistique me gonfle


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 09 Nov 2020 23:26 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Aoû 2005 21:06
Messages: 41717
Localisation: La Forêt-Fouesnant, Mecque des navigateurs.
Dans L'Huma de demain, article du fiston sur le " D-day land ".


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 10 Nov 2020 10:25 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Aoû 2005 21:06
Messages: 41717
Localisation: La Forêt-Fouesnant, Mecque des navigateurs.
Page de droite.
Image


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 14 Nov 2020 12:45 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Aoû 2005 21:06
Messages: 41717
Localisation: La Forêt-Fouesnant, Mecque des navigateurs.
Petit article sur Pascal Praud.

Pascal Praud, le chef d’orchestre
Samedi 14 Novembre 2020
Florent LE DU

On en regretterait presque sa carrière de journaliste sportif, quand il était raillé pour sa méconnaissance et ses analyses approximatives, sur RTL, TF1 ou iTélé. Mais ce n’était que du football… En 2016, Pascal Praud veut son émission d’actualité, il en a marre de « voir tous ces médias gauchistes monopoliser la parole ». Vincent Bolloré, décidé à orienter sa chaîne vers la droite extrême, lui offre « l’Heure des pros », devenue l’émission phare de CNews, avec ses chroniqueurs majoritairement réactionnaires et conservateurs.

Hâbleur, provocateur, Pascal Praud en est le présentateur, mais il se sert surtout du programme comme d’une tribune pour faire passer ses idées rétrogrades. Il se veut la voix d’une « France qu’on n’écoute pas », pourfendeur de la « bien-pensance ». Celle, en fait, qui prône l’antiracisme, le féminisme Hâbleur, provocateur, Pascal Praud en est le présentateur, mais il se sert surtout du programme comme d’une tribune pour faire passer ses idées rétrogrades. Il se veut la voix d’une « France qu’on n’écoute pas », pourfendeur de la « bien-pensance ». Celle, en fait, qui prône l’antiracisme, le féminisme ou l’écologie. Ses dérapages sur ces thèmes ne manquent pas. Comme lorsqu’il ironise, en mai 2019, sur « le réchauffement climatique alors qu’il fait – 3 °C dans les Yvelines, donc bon hein… », répondant avec sexisme à la militante écologiste Claire Nouvain, qualifiée de « folle » et d’« hystérique ».

Ces derniers temps, son discours sur le sécuritaire et l’immigration se radicalise, pour mettre en avant la « racaillisation » d’une France où « tu ne peux plus sortir dans la rue sans risquer ta vie », jusqu’à multiplier les amalgames entre l’islamisme terroriste et les musulmans. Avec ses trois heures d’émission par jour, Pascal Praud, qui assure que le reconfinement ne sert « à rien » face au Covid, participe dangereusement à l’abaissement du débat et à la banalisation des idées d’extrême droite.


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 14 Nov 2020 13:23 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Oct 2013 15:38
Messages: 5561
Le projet du parc D-Day est porté et désiré par des réseaux en place bien avant Morin et qui sont bien plus indéboulonables (élus "barons", commerçants, syndicats d'initiatives et du tourisme divers décideurs locaux).Si Morin saute, ces réseaux continueront à se battre pour.Et font la pluie et le beau temps dans leur secteur.Ils trouveront l'argent à l'étranger où l'échange et les connections sont t solide s et les pouvoirs publics risquent de ne plus avoir la main dans le cas d'un musée privé , comme il en existe tant le long des plages du Débarquement.
Je le rappelle , au mois de mai-juin, un vrai flux de touristes qui n'attend que ça.Ils sont accueillis en héros, même les "jeunes" je parle d'adultes venus picoler en conduisant des halfs-tracks et des jeeps déguisés et armés.
Au delà de la mémoire et de la promotion du pacifisme, j'y ai plutôt observé l'apologie de la guerre, des guerriers et de leurs outils. (Les rares vétérans, souvent les larmes aux yeux qu'on y voit ont plutôt l'air de revivre leurs cauchemars).
Comme un héritage du plan Marschall, ces connexions et ses réseaux , Landry ne me contredira pas, continue une forte influence des États-Unis sur ces petits bouts de territoire Normands.
Vous n'imaginez pas l'argent que cela représente pour des villes pour qui le Débarquement est VITAL pour leur économie.
Un tapis rouge (la police municipale et les gendarmes ne bougeront pas pour ennuyer un "libérateur " de 35 ans) pour un belge bourré qui conduit une Jeep avec une pinte dans la main dans la rue, déguisé en G.I., avec un fusil, un .45 - 9mn et une baïonnette sur ses guêtres.Ou devrais-je dire des centaines , belges, hollandais, allemands, anglais, américains, canadiens, polonais.
Il y en a des sympas mais beaucoup je sais pas.Les vrais G.I.s sont plus sages et corrects.(eux sont punis si ils déconnent).

Sinon bravo, l'article résume bien les choses, même si mes observations sur la cible touristique (qui n'est pas à négliger, croyez-moi) et les réseaux puissants qui iront jusqu'au bout (les actus locales rapportent souvent cela, c'est la moitié des articles sur Carentan par exemple).
Maintenant que les vétérans se font rares (et c'est le frein principal), leurs enfants viennent, et ils pourront enfin emmener leurs enfants...Mais la majorité des touristes ciblés n'ont rien à voir avec le débarquement. Ils sont militaristes.(Bourses Militarias etc...).Ils aiment la guerre et sont fascinés par les armes.
Si vous voulez mon avis, ça finira par se faire, un mec vendra son champ et le parc sera privé.
Monsieur Lhonneur (ou son successeur qui ne pourra refuser sous la pression des commerçants) se fera un plaisir de l'autoriser sur son territoire.


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 14 Nov 2020 19:47 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Aoû 2005 21:06
Messages: 13296
En tout cas, les pro du tourisme (les guides notamment) et de la culture sont plutôt très très opposé au truc. Et leurs contacts aux USA encore plus.

_________________
Tel est mon bon plaisir.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 947 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 59, 60, 61, 62, 63, 64  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron
POWERED_BY
Traduction par: phpBB-fr.com