www.forumsmc.com

Forum des supporters du Stade Malherbe Caen
Nous sommes le 23 Juil 2018 17:52

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2738 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 177, 178, 179, 180, 181, 182, 183  Suivante
Auteur Message
Répondre en citant le message  MessagePosté: 03 Juil 2017 20:31 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Oct 2005 19:18
Messages: 1949
Localisation: Paris
Karibou a écrit:
Le 27 je crois que j'avais jamais lu autant d'action dans cette série d'ailleurs, le gaufrier avec des toutes petites cases j'aime pas trop mais il cherche indubitablement à insuffler un regain de tension à sa série.


On en est où dans les trads françaises? Le 27 c'est la fin des guerre des chuchoteurs? J'en ai récupéré quelques épisodes sur le net mais au format Us (chap 166 pour le dernier lu donc). Ils s'apprêtent à se prendre un gigantesque marée de zombies sur la tronche

_________________
Sans Pellegrino
"Southampton : Pellegrino limogé." (lequipe.fr)


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 03 Juil 2017 20:32 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Jan 2006 16:47
Messages: 10594
Localisation: Caen
pascalnouma a écrit:
Karibou a écrit:
Le 27 je crois que j'avais jamais lu autant d'action dans cette série d'ailleurs, le gaufrier avec des toutes petites cases j'aime pas trop mais il cherche indubitablement à insuffler un regain de tension à sa série.


On en est où dans les trads françaises? Le 27 c'est la fin des guerre des chuchoteurs? J'en ai récupéré quelques épisodes sur le net mais au format Us (chap 166 pour le dernier lu donc). Ils s'apprêtent à se prendre un gigantesque marée de zombies sur la tronche

C'est ça

_________________
I'm a King and she's my Queen.


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 03 Juil 2017 21:22 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Aoû 2005 22:06
Messages: 6686
Localisation: UL
bonsoir
je lis encore Walking Dead
voilà
merci
au revoir


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 03 Juil 2017 22:54 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Mar 2013 01:08
Messages: 8578
merci.

_________________
"Le vieux monde se meurt, le nouveau tarde à apparaître et, dans ce clair-obscur, surgissent les monstres."


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 22 Juil 2017 23:35 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Aoû 2005 22:06
Messages: 13797
une affiche à la Alex Ross

Image


ils annoncent le titre flashpoint pour le film sur flash, ça part en sucette déjà sur Thomas & Martha Wayne en
Cliquez ici pour faire apparaître le contenu caché
Batman et Joker


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 09 Sep 2017 11:59 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Mar 2013 01:08
Messages: 8578
En reprenant le 1er tome de Transmetroplitan et l'intro de Garth Ennis, ce dernier mentionne une des premières séries de Warren Ellis : Lazarus Churchyard, publiée jadis dans le magazine Blast.
Jamais entendu le nom de cette série qui, à priori est excellente, mais jamais éditée en francais.

Image

Un commentaire trouvé sur amazon assez appétissant :

Cliquez ici pour faire apparaître le contenu caché
A l'heure où sortent plusieurs créations du génial Warren Ellis, l'on peut se demander pourquoi cet opus aussi dingue qu'excellent (contrairement à Doktor Sleepless, qui est dingue, certes, mais pas excellent) n'a pas encore été publié dans la langue de Molière, la bestiole remontant quand même à février 2001 (11 ans, donc).

Il reste donc, pour ceux que la lecture en VO (souvent meilleure, car exempte de traduction approximative) ne rebute pas, à sauter sur cet exemplaire The Final Cut des aventures (pérégrinations délirantes, plutôt) de l'être (humain ?) Lazarus Churchyard, 400 ans au compteur, indestructible et n'ayant qu'un seul véritable souhait : mourir. Seulement voilà, son corps, fait de plastique intelligent (qui s'adapte en 0.315 secondes à toute agression externe en réagissant en conséquence) l'empêche d'atteindre ce but et d'enfin permettre à la seule parcelle humaine de son être (un bout de son cerveau) de trépasser.

Il est donc bien heureux lorsqu'un gus à tête de crane vient lui proposer une mission avec comme rémunération... la mort. Car il dispose d'une machine capable de le tuer. Tout un programme, d'autant plus si vous goûtez les jeux de mots en VO du style "What a man must do for death"... délectable, tout simplement.

Niveau ambiance, Ellis s'est carrément éclaté (crée t-il sous emprise, ce brave homme ?!!!), l'univers dans lequel évolue le "héros" étant très haut en couleurs, rappelant fortement celui - extrême - de Lobo (le graphisme de D'Israeli aussi, d'ailleurs) ou de Marshall Law. Dessins et dialogues au couteau pour une sacrée balade... unique !


8 pages ici :
https://www.google.fr/url?q=http://www. ... A_-FjhgFCg

_________________
"Le vieux monde se meurt, le nouveau tarde à apparaître et, dans ce clair-obscur, surgissent les monstres."


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 18 Sep 2017 10:06 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 09 Juil 2007 12:54
Messages: 16316
Localisation: Paris
LeMonde a écrit:
Alan Moore, le minotaure de la contre-culture

L’écrivain a d’abord secoué la bande dessinée, dans les années 1980-1990, avec « V pour Vendetta » ou « Watchmen ». Au tour du roman : le vertigineux « Jérusalem » en résulte.

Cliquez ici pour faire apparaître le contenu caché
Sis à Londres, dans le quartier de Soho, le Groucho Club, cosy repaire pour artistes et gens de médias, est un terrier magique aux tons pimpants, tout en escaliers fantasques et salons embusqués. C’est là, au dernier étage de ce douillet labyrinthe, qu’avait été organisée par son éditeur, en septembre 2016 – à l’occasion de la sortie britannique de Jérusalem –, une rencontre avec Alan Moore, minotaure de la contre-culture, mythique scénariste de comics et de récits graphiques, magicien, showman, icône pop et surtout œil d’un salubre cyclone narratif qui n’en finit pas, depuis les années 1980, de bouleverser l’imaginaire contemporain.

On ne peut pas dire qu’Alan Moore entre dans une pièce. Il s’y matérialise. Crinière léonine pacifiée par une impeccable raie centrale, barbe de barde, fluviale et sans remous, regard de dragon triste, scintillant costume mauve de dandy psychédélique, doigts crénelés de chevalières gothiques enserrant la torsade serpentine d’une canne en bois blond : imaginez Joe Cocker peint par Gustave Klimt et vous brûlerez. Assis sur un fauteuil bas que sa stature de chaman chamarré élève immédiatement à la dignité de trône gnostique, Moore raconte les moments de sa vie liés à la genèse et aux secrets architecturaux de cette Sagrada Familia littéraire anglo-saxonne qu’est Jérusalem.
« Mes handicaps m’équilibrent »

1 300 pages assemblées dix ans durant. Une saga qui s’amorce et se poursuit dans un lieu et un seul, Northampton, ville historique des Midlands, située à 100 kilomètres au nord de Londres et où il est né, en 1953, dans une famille ouvrière du vieux quartier populaire des Boroughs. De cette cité où il s’est enraciné, inviscéré, au point d’en sortir le moins possible, il a fait le sous-texte de nombre de ses œuvres. Une stratégie mûrement réfléchie pour échapper aux « impressions horizontales et passagères du voyageur ». Comme pour « parcourir, immobile et vertical, l’axe du temps et de la mémoire ».

Aveugle de l’œil gauche et quasi-sourd de l’oreille droite (« Mes handicaps m’équilibrent »), inscrit dès 5 ans à la bibliothèque municipale, le roux garçonnet est, à l’image de son père, un grand dévoreur de papier imprimé, récits mythologiques et romans de fantasy avant tout. Son premier livre de chevet est L’Ile magique, reportage dans une Haïti fantastique de l’Américain William ­Seabrook (1884-1945). Sa découverte, en 1962, des DC Comics (Superman, Batman) et surtout de l’univers Marvel (les Fantastic Four) sera décisive. A partir de 1965, son passage à la Grammar School de Northampton le fâche rapidement et à jamais avec l’institution scolaire. Mais l’épreuve est atténuée par la découverte d’autres classiques américains comme le Spirit de Will Eisner (1917-2005), ou le magazine humoristique Mad. Dessins et scénarios le magnétisant de plus en plus, il noue également avec la littérature fantastique et d’épouvante (Stoker, Lovecraft) et les classiques anglais (Chaucer, Shakespeare, Blake) des liens définitifs.

1972 est l’année du « Moorexit » : renvoyé du lycée pour deal de LSD, devenu citoyen de l’Angleterre underground, Moore passe à l’action. Il crée des strips humoristiques ou des séries de science-fiction pour des magazines comme Sounds ou Warriors. Décidant d’opter pour le seul scénario, il y rénove des séries vivotantes, publiant à partir de 1981, David Lloyd au dessin, un de ses premiers chefs-d’œuvre : V pour Vendetta (Zenda, 1989 ; rééd. Urban Comics, 2012), riposte graphique et libertaire au « fascisme rampant » de l’ère thatchérienne – le masque blanc de son héros deviendra d’ailleurs l’emblème des activistes d’Anonymous.
Entrée définitive dans la légende

Mêlant érudition distanciée et humour dévastateur – pour lui un héros n’est jamais aussi sexy et éloquent que lorsqu’il est parodié –, profondeur psychologique et complexité dramatique, Moore est dès lors, en Grande-Bretagne, un scénariste-star, une célébrité qui lui attire le regard et les contrats de DC Comics. Cette douairière des comics américains lui confie la refondation de séries phares comme Swamp Thing (la vie fantastique de l’homme-gadoue des bayous américains) ou d’icônes-maison tels Superman ou Batman.

Mais c’est en 1986-1987 que Moore entre définitivement dans la légende en créant ex nihilo, avec le dessinateur Dave Gibbons, Watchmen (traduit par Jean­Patrick Manchette, Zenda, 1987-1988 ; rééd. Urban ­Comics, 2012). Dans une Amérique qui voit Nixon entamer son quatrième mandat, une escouade de ­super-héros mis à la retraite anticipée continue d’assurer clandestinement la défense du citoyen. Monde flamboyant et angoissant à la narration complexe superbement maîtrisée, Watchmen, série mythique au succès international, est la première à paraître en recueil. Elle figure dans la liste, dressée par Time ­Magazine, des cent meilleurs romans anglophones de tous les temps.

Moore se partage dès lors entre des séries super-héroïques populaires (La ­Ligue des gentlemen extraordinaires, notamment, qui fait se rencontrer des mythes du XIXe siècle, comme Jekyll et Nemo) et des œuvres plus radicales telles From Hell, sur Jack l’Eventreur, ou Filles perdues, relecture pornographique de figures de la culture enfantine comme Alice ou Wendy.
« Jérusalem », architecture textuelle vertigineuse

Aujourd’hui, Moore a renoncé au monde des comics qu’il a révolutionné et qui l’insupporte. Devenu, depuis 1993, un adepte de la magie pratique, en contact avec Glycon, divinité latine tardive, il a décidé d’entrer en littérature. En mettant sa science de la narration et son imaginaire au service d’une seule cause : Northampton. Sa cité natale apparaissait déjà, masquée ou sous pseudonyme, dans certaines de ses œuvres – la série Bojeffries ou l’avant-gardiste Big Numbers (non traduits). En 1996, elle avait été l’objet d’un roman choral, La Voix du feu (Calmann-Lévy, 2007), où douze récits, situés entre 4000 av. J.-C. et 1995, tissaient l’histoire tragique de la ville. Cette fois, dit-il, « je m’étais attaqué d’abord à l’ensemble de la région, en commençant par le néolithique. Puis je me suis rendu compte que je voulais me limiter à une zone de quelques dizaines d’hectares, celle où j’ai grandi. Mon départ du monde “comics” m’exaltait et me donnait de l’énergie pour un grand projet ».

Le chantier Jérusalem était ouvert. Dix ans durant, Moore a remis l’ouvrage sur le métier, aboutissant non à un pur roman mais, en trois fois onze chapitres, à une mosaïque littéraire. Une architecture textuelle vertigineuse qui articule monologue joycien, alexandrins, randonnées psycho-géographiques proches de celles d’un Iain Sinclair, dialogues dramatiques et surtout récits romanesques incessants où se mêlent pastiche d’Enid Blytonou de Chandler, vécus en temps réel et narrant, des pèlerins médiévaux aux SDF actuels, la geste urbaine du Northampton ouvrier, le monde des Boroughs.

Comme Ulysse, de Joyce (1922), le livre de Moore vise à dire la totalité sensible d’un quartier, de l’herbe folle du caniveau à la cheminée d’usine, du comptoir de pub aux sites historiques, en y inscrivant les fils entrecroisés de plusieurs vies individuelles et familiales. Un désir d’exhaustivité qui se complique encore du dédoublement d’un axe narratif conçu à la fois sur un plan horizontal (les vies et les lieux sont saisis chronologiquement) mais également vertical. Il y a ainsi trois Boroughs : celui de la grande ou de la petite Histoire, celui des morts locaux et des fantômes jouant avec les dates et les durées, celui enfin d’une tragédie familiale secrète. Avec Jérusalem, Alan Moore a fait de Northampton ce qu’elle est pour lui depuis l’enfance : le cœur ardent du monde britannique.

Critique

A la recherche d’un temps éperdu

Jérusalem (Jerusalem), d’Alan Moore, traduit de l’anglais par Claro, Inculte, 1264 p., 28,90 €.
Code:
https://www.amazon.fr/Jérusalem-Alan-Moore-ebook/dp/B0743H6WMK



Blanc de craie, épais comme un grimoire, plus polyphonique qu’une cour de récréation, Jérusalem, référence à l’hymne de William Blake, épuise la réalité historique et sociale d’un quartier de Northampton, au cœur de l’Angleterre, en assure la transfiguration magique et spirituelle. Epuiser le lieu, Moore y parvient grâce à un monde inouï de personnages, restaurateur de fresques ou prostituée, poète alcoolique, moine pèlerin et détective privé, femme peintre, démon. Se joignent au chœur Cromwell, Beckett ou la fille de Joyce, personnalités passagèrement liées à une ville historique au rôle aussi marquant que mésestimé.

Faire de Northampton la nouvelle Jérusalem des Mid­lands, Moore y parvient par le fantastique et le merveilleux. En seconde partie, il se lance, de fait, sur les traces d’une bande d’« enfantômes » qui jouent au temps comme à la marelle, forant des terriers dans l’épaisseur de l’Histoire. Moore y parvient ensuite en se lançant à la recherche d’un temps éperdu, faisant de « l’axe du temps » un personnage de roman et un puissant ressort dramatique.

Avec Jérusalem, Alan Moore donne une clé de voûte et un accomplissement basilical à une œuvre de conteur visionnaire entamée il y a près de cinquante ans, à Northampton, ombilic magique et épicentre oublié de l’histoire anglaise.


_________________
« The flat earth society has members all around the globe. »


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 18 Sep 2017 22:54 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Mar 2013 01:08
Messages: 8578
Et aucune réaction au trésor que je viens de déterrer ... T'es constipé ?

_________________
"Le vieux monde se meurt, le nouveau tarde à apparaître et, dans ce clair-obscur, surgissent les monstres."


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 19 Sep 2017 13:56 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Aoû 2005 22:06
Messages: 24299
Localisation: Tout près là.
Il nous lit plus Isaac. Il va falloir se faire une raison ...

_________________
TCHIN TCHIN , il doit l'avoir la triple paire , mais elle servent à rien dans le tiroir!
#TeamPineapple


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 19 Sep 2017 14:20 
Hors ligne

Inscription: 04 Mai 2008 21:46
Messages: 3900
Je ne lis quasiment plus de bd.

Je continue à suivre One Piece, j'ai vu que l'ex de Zep sortait une bd, mais à part ça je ne suis plus dut out intéressé. Je trouve la production actuelle déprimante. AU sortir des 2000's, y avait un bouillonnement dans la BD française (j'accroche peu aux comics, mis à part Spawn et Civil War) notamment marrante. Je ne trouve plus du tout ça. C'est moi qui ait changé, qui ne sait plus chercher ou le paysage a vraiment changé ?

Et j'ai emprunté à la médiathèque des bds de Crumb.


J'ai trouvé ça vraiment pourri et creux. Le père des blogs bds girly.

_________________
Caen, ville forte riche, spacieuse, belle de ses rivières, de ses prairies, de son port de mer ; elle se pare de tant d'églises, de maisons et d'habitants que c'est à peine si elle se reconnaît inférieure à Paris. GUILLAUME LE BRETON. Philippide, 1. VIII.


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 19 Sep 2017 14:27 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Mar 2013 01:08
Messages: 8578
Essaye DMZ.

_________________
"Le vieux monde se meurt, le nouveau tarde à apparaître et, dans ce clair-obscur, surgissent les monstres."


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 19 Sep 2017 14:30 
Hors ligne

Inscription: 04 Mai 2008 21:46
Messages: 3900
Ouat is this ?

_________________
Caen, ville forte riche, spacieuse, belle de ses rivières, de ses prairies, de son port de mer ; elle se pare de tant d'églises, de maisons et d'habitants que c'est à peine si elle se reconnaît inférieure à Paris. GUILLAUME LE BRETON. Philippide, 1. VIII.


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 19 Sep 2017 14:32 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2008 16:17
Messages: 3885
Localisation: Gre
DMZ, c'est génial, mais c'est quand même déprimant. Pour titi et son moral aléatoire, il faut du solide : un bon vieux Undertaker.

edit : pour titi, Demilitarized Zone, un journaliste est parachuté dans le futur niouiorc en proie à une guerre civil très violente; hyper fort

_________________
Venez ! Entrez dans ma galerie : y a de la bière, des jolies filles et des motos.


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 19 Sep 2017 14:37 
Hors ligne

Inscription: 04 Mai 2008 21:46
Messages: 3900
Ah ouais ça a l'air effectivement marrant.

Mais je jetterai un œil à vos suggestions.

En fait ma réflexion plus haut m'est venue en feuilletant le dernier Titeuf. Il est déprimant.

Et ça me fait c... de voir que Ferri fait des Astérix (assez bons au demeurant) et que Larcenet fait des trucs incompréhensibles (les branleurs avec Salch, c'était trop conceptuel pour moi).

_________________
Caen, ville forte riche, spacieuse, belle de ses rivières, de ses prairies, de son port de mer ; elle se pare de tant d'églises, de maisons et d'habitants que c'est à peine si elle se reconnaît inférieure à Paris. GUILLAUME LE BRETON. Philippide, 1. VIII.


Haut
 Profil  
 
Répondre en citant le message  MessagePosté: 17 Oct 2017 23:53 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Oct 2005 19:18
Messages: 1949
Localisation: Paris
Je viens de terminer "Oublie mon nom" de Zerocalcare, auteur du remarqué Kobane Calling (que je n'ai d'ailleurs toujours pas lu), paru initialement avant le susnommé album mais on arrête pas le marketing (mais bon dans ce contexte ça me dérange moins)

Image

Et ben c'est top. Je pense que le meilleur moyen de le décrire serait de la qualifier de voyage généalogique onirique et semi-autobiographique. Quoi, ça vous fait pas envie? Bon, si je résume, suite au décès de sa grand-mère, l'auteur va être amené à lever le voile sur des pans méconnus de sa famille, ce qu'il va décrire de manière un peu barrée mais toujours pleine d'humour, surtout pour des trentenaires qui ont grandi avec les mêmes références que lui (où l'on se rend compte qu'un gamin italien n'est franchement pas éloigné d'un gamin français).

Ça se lit super bien, le dessin est chouette, ça vaut le coup.

_________________
Sans Pellegrino
"Southampton : Pellegrino limogé." (lequipe.fr)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2738 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 177, 178, 179, 180, 181, 182, 183  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: dede la sardine 2011, dontonio, kainrijames, micka2k, troma et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
POWERED_BY
Traduction par: phpBB-fr.com